momo sans 1 mot

conte musical initiatique sur le multilinguisme

écrit et joué par Sylvain Bolle-Reddat
sur une musique de Nasredine Dalil

Il était une fois... Toutes les belles histoires commencent comme ça. Non pas forcément, la maman de Momo commence les histoires en lançant : « A machaou ! » et Momo répond « A Hou ».

Momo est un petit garçon plein de curiosité. A la maison, il parle kabyle avec sa maman, née en Algérie, tandis qu’à l’école, il apprend la langue du pays où il est né, le français. Mais dans sa tête, les mots et les langues se mélangent. C’est le souk dans le sac de mots de Momo. Un jour dans la classe, un mot kabyle se glisse entre deux mots français, provoquant l’agitation des autres élèves, la colère du directeur et la tristesse de sa maîtresse. Momo a tellement honte qu’il décide de quitter l’école et d’aller se promener au pays du très loin, mais sans mots. Sur son chemin, il va rencontrer une cantatrice qui n’arrive plus à chanter, un clown qui ne fait plus rire les enfants et une petite fille en boule de rage. Pour les aider, il va devoir ouvrir sa bouche à nouveau et recommencer à parler et à chanter dans toutes ses langues.

Dans ce spectacle musical, les enfants revivent les étapes de leur évolution en accompagnant Momo dans son voyage. Les scènes et les chansons mettent en valeur le pouvoir des mots et des émotions. À travers la découverte des mots et des musiques kabyles, les jeunes spectateurs apprennent que tolérance et diversité sont des richesses pour tous les enfants. Momo Sans 1 Mot est une ode au multilinguisme et aux langues qui sont autant de mondes sensibles.

Il était une fois Machaou. Ahou.
Mélangeons les mots sans tabous. Ahou.

Momo dans sa bouche, il a d'l'or
Deux langues sont vraiment un trésor.

Il était une fois Machaou. Ahou.
Mélangeons les mots sans tabous. Ahou.

Momo de sa langue est agile
Son flot de paroles a du style

Il était une fois Machaou. Ahou.
Mélangeons les mots sans tabous. Ahou.

Chanson / extrait

Sylvain Bolle-reddat comédien & auteur

Après une licence de traduction littéraire anglais-français, Pauline Haudepin suit un master de littérature et histoire de l’art à l’université Paris VII dans le cadre duquel elle rédige un mémoire sur les artistes et autrices surréalistes Unica Zürn et Leonora Carrington.
À partir de 2014, elle intègre l’école du Théâtre National de Strasbourg en section Jeu (Groupe 43) où elle travaille notamment avec Julien Gosselin, Lazare, Alain Françon, Blandine Savetier, Stanislas Nordey, etc. En 2016, elle écrit et met en scène Les Terrains vagues, présenté à l’école du TNS dans le cadre des cartes blanches d’élèves. À sa sortie de l’école, elle joue dans 1993 d'Aurélien Bellanger mise en scène Julien Gosselin et dans Trust de Falk Richter mise en scène Maëlle Dequiedt, et met en scène The Bridegroom à partir d’un texte de Guy De Cointet au M-Museum de Louvain en Belgique.

à partir de 4 ans
durée 35 minutes

l'équipe

Sylvain Bolle-Reddat
Écriture & jeu 

Nasredine Dalil Création musicale, flûtes, percussions & chant

Karine Lémery Scénographie

Sébastien Revel Lumières

Avec la complicité
de Géraldine Bénichou

Coproduction Théâtre du Grabuge et le Service Culturel de la Ville de Sevran.
Création du 14 au 16 janvier 2020 au Festival des Rêveurs éveillés de la Ville de Sevran

Contacts :
Sylvain Bolle-Reddat
T. 06 71 92 89 62
ou par mail
Administration
Harout Mekhsian
T. 06 48 13 91 80
ou par mail